Hommage à Franck Boitte (1940 – 2017)


Franck Boitte

C’est à nouveau un vieux complice qui s’en est allé : Franck Boitte est décédé à Challans, en France, lundi 11 décembre 2017, à l’âge de 77 ans.

Franck était assurément un pionnier de l’ufologie belge. Ingénieur formé à l’Ecole Supérieure de Commerce Solvay (Université Libre de Bruxelles), il exerça dans l’expertise comptable, puis s’orienta plus tard vers l’informatique de gestion, pour diriger des projets au sein d’une multinationale allemande. Dès la grande vague de « soucoupes volantes » de 1954, la parution de Mystérieux Objets Célestes, le premier livre d’Aimé Michel, sera une véritable révélation, marquant le début de sa passion pour le sujet. Il se constitue une bibliothèque, rassemble des documents, échange des informations et collabore avec plusieurs chercheurs étrangers, dont Marc Thirouin, vétéran de l’ufologie en France, créateur de la Commission Ouranos et de sa revue éponyme.

En 1963, à l’université, il se lia d’amitié avec Patrick Morlet, fils de May Morlet, fondatrice du BUFOI, à Anvers, un groupement consacré à la diffusion des idées du contacté américain George Adamski, que Franck devait rencontrer cette année-là. Au fil du temps, il prit cependant du recul vis-à-vis du BUFOI, pour finalement rejoindre la SOBEPS en juillet 1972, avant de publier un premier article dans Inforespace n° 7, en 1973. Franck s’est principalement dédié aux enquêtes sur le terrain, qu’il effectua en grand nombre, fréquemment en compagnie de Jean-Luc Vertongen, en charge du réseau des enquêteurs. Parallèlement, et avec assiduité, il reprit à son compte le COB (catalogue des observations belges), initié dans Inforespace (jusqu’au numéro 7), dont il a poursuivi l’archivage avec le souci constant de n’y introduire que des données suffisamment circonstanciées. (Il est prévu de mettre sa publication intégrale à disposition de tous sur le site du COBEPS) Le respect scrupuleux du protocole d’enquête (Le Guide de l’Enquêteur, élaboré et édité par la SOBEPS), assorti de la rédaction en bonne et due forme du rapport qui doit en toute logique en découler, ont inlassablement été ses chevaux de bataille, et il a ferraillé et pesté plus d’une fois lorsque des observations recueillies n’avaient pas fait l’objet de ces indispensables démarches.

Assidu des Rencontres ufologiques de Lyon, membre de l’association française SCEAU, du collectif EuroUfoNet, auteur de plusieurs publications, Franck Boitte a aussi contribué à divers ouvrages (voir sa bibliographie en annexe). En ufologie, les Rencontres Rapprochées du 3e type et la problématique des enlèvements étaient assurément ses domaines de prédilection. Il portait aussi un vif intérêt au paranormal et la parapsychologie, ce qui l’avait amené à adhérer au Comité Para, en Belgique. Observateur attentif, il avait l’œil acerbe ; son intransigeance ainsi que son caractère bien trempé, ne s’encombrant pas d’inutiles préambules, étaient connus de beaucoup. L’homme était cependant entier et généreux, et il n’a jamais hésité à partager ses connaissances étendues de l’ufologie (mais pas uniquement) et sa documentation fournie avec l’ensemble des chercheurs et ses innombrables contacts dans le monde. Lors de passages dans le marais vendéen, où il avait décidé, en 1991, de rejoindre sa future épouse Chantal, dite Sibylle (disparue en mai 2017), Franck m’a toujours réservé le plus chaleureux et sympathique accueil. A sa sœur Michèle, à ses proches et à sa belle-famille, nous présentons nos très sincères condoléances.

Patrick Ferryn


Franck et Chantal, à Eupen, lors d’une des premières enquêtes de la SOBEPS, au début de la vague belge.